Archives

Archive de

Linda Lê, Les aubes

La création dans Les Aubes de Linda Lê, Aux sources de la tragédie et de l’identité par Virginie Brinker La voix qui profère le roman est celle d’un jeune homme issu d’une famille bourgeoise qui a perdu la vue après un suicide manqué. Ce suicide était pour lui le moyen de rejoindre dans la mort … Lire la suite

Rencontre avec Linda Lê

Rencontre avec Linda Lê au Centre Georges Pompidou par Lama Serhan et Virginie Brinker   Linda Lê est née au Vietnam en 1963. Elle a appris le français dès l’enfance, à Saïgon. C’est en 1977, deux ans après la guerre du Vietnam, qu’elle arrive en France, au Havre, puis à Paris. Elle est l’auteur de … Lire la suite

Saint John Perse, Eloges

Contre exotisme : la poésie comme langage universel de l’enfance par Sandrine Meslet  « Glorieux d’écailles et d’armures un monde trouble délirait » (V) Saint John Perse fait paraître Eloges en 1960, la première section du recueil, intitulée Pour fêter une enfance, se compose de six poèmes de même longueur dans lesquels se déploie un hymne à l’enfance. … Lire la suite

Leïla Sebbar, Une enfance algérienne

Récits d’enfance, Mouvements d’Histoire par Camille Bossuet  Paris, 1997. Leïla Sebbar[1], écrivain de langue française vivant en France, mène à publication un recueil de courts récits, de 16 auteurs rassemblés : 16 écrivains algériens ; 16 écrivains d’Algérie ; 16 écrivains francophones, nés en Algérie. Chacun d’eux, installé en France pour y vivre, y écrire, y enseigner, raconte … Lire la suite

Léonora Miano, Contours du jour qui vient

Un roman de l’éclosion par Virginie Brinker     Contours du jour qui vient est le dernier roman d’une trilogie intitulée « Suite africaine » et a obtenu le prix Goncourt des Lycéens en 2006. Léonora Miano, auteure camerounaise née en 1973, y narre le long périple de la petite Musango, son « voyage au bout de la … Lire la suite

Jean-Luc Raharimanana, Rêves sous le linceul

Parabole sur le scruteur d’horizon : la mise à mal de l’image médiatique par Célia Sadai « Je viens ô mère, mûr comme le crépuscule, lourd des souffrances du jour, je suis l’enfant tanné par le remords et qui prie la clémence de l’oubli. »[1] L’écrivain malgache Raharimanana publie Rêves sous le linceul en 1998. Le titre … Lire la suite

Tous les dossiers

Publicités